icone article

Nos articles de blog

L’importance de la reconnaissance au travail

L’importance de la reconnaissance au travail

Aujourd’hui, 7 salariés sur 10 considèrent souffrir d’un manque de reconnaissance au travail, sont insatisfaits des politiques de considération proposées en interne pour répondre à leur besoin de reconnaissance au travail et de visibilité.Beaucoup trop souvent, elle se limite au levier financier (bonus et augmentations) et n’est finalement pas assez liée au quotidien.La reconnaissance au travail peut être définie comme une forme de gratitude, de soutien ou de remerciement, et comme un besoin essentiel pour les employés et les gestionnaires.Elle doit s’inscrire dans la culture organisationnelle de l’entreprise et dans ses pratiques courantes de gestion d’un effectif. Elle peut également provenir de l’environnement externe de l’entreprise impliquant les parties prenantes comme les clients, les fournisseurs et autres acteurs qui peuvent être une source de reconnaissance pour les salariés. Il est nécessaire de différencier la reconnaissance qui porte sur l’individu et non sur l’employé, la reconnaissance individuelle de la collective.   Il est primordial de pouvoir apprécier la qualité et la pertinence des critères du bon travail, nous observons quatre formes de reconnaissance des résultats qui s’intéresse aux résultats effectifs, observables, mesurables et contrôlables du travail : -La reconnaissance de l’effort qui porte sur l’engagement et les risques encourus et la reconnaissance de la pratique de travail qui porte sur les compétences d’un individu. - La reconnaissance existentielle qui vise à féliciter l’humain en le dissociant de l’employé qu’il est, d’apprécier ses valeurs ce qui lui donne le sentiment d’exister et d’être apprécié pour sa valeur. Elle prend souvent la forme de marques d’attention : prise de nouvelles, salutations, souhait d’un bon anniversaire, etc.- La reconnaissance de l’investissement fourni : le collaborateur a travaillé sur un projet et n’a pas mesuré ses efforts pour le mettre en place, indépendamment des résultats obtenus.- La reconnaissance des résultats obtenus : le travail mis en place a porté ses fruits. Les résultats attendus ont été atteints. Il est temps pour le manager de matérialiser sa reconnaissance au travail.La reconnaissance au travail permet d’améliorer le climat de travail, d’augmenter la mobilisation du personnel, réduire l’impact du stress, d’augmenter la productivité. Les conséquences d’un manque de reconnaissance au travail peuvent être néfastes à long terme pour les performances de l’entreprise. Pour éviter ce type de situation, plusieurs actions sont possibles : - Un remerciement, des encouragements, des félicitations… au quotidien, ces attentions motivent vos collaborateurs à s’investir davantage. - Confier une mission spécifique au salarié concerné, lui faire prendre part à un projet qui pourrait l’intéresser, le responsabiliser davantage ou le conforter dans sa fonction. -Les récompenses financières ou non, ce sont des actions qui viennent ajouter de l’attractivité au quotidien et qui marquent les esprits.   Sans valorisation, la motivation d’un collaborateur s’atténuera, car il fournira moins d’efforts, ce qui influencera l’ambiance générale entre les collaborateurs de l’entreprise et impactera les performances individuelles et collectives. Résultat de l’équation, la reconnaissance est un facteur de protection de la santé, car c’est une attente réelle des salariés. Elle humanise l’entreprise et crée une ambiance de travail positive et joue un rôle dans le développement de la marque employeur pour pallier le désengagement et la frustration qui si ils sont exprimés publiquement comme sur les réseaux sociaux seront visibles de la part des futurs candidats et des prospects.
Comment définir un besoin de recrutement ?

Comment définir un besoin de recrutement ?

Derrière tout recrutement, il y a un besoin exprimé par un manager. Ce besoin peut être à l’origine de plusieurs motifs différents ( croissance de l’activité, remplacement d’un collaborateur, nouvelle mission…).  Il est primordial avant le lancement du processus, que le manager communique au recruteur de nombreuses informations clés afin que les deux parties s’assurent d’être sur la même longueur d'onde. S’agit-il d’un besoin à court terme ? ou d’un besoin à long terme lié à la croissance de l’entreprise ?  Un besoin mal défini ou mal interprété par le recruteur peut conduire à un échec du recrutement, et ce malgré toutes les bonnes intentions qu’il aurait pu y mettre.  Une fois votre besoin identifié, il est temps de démarrer votre processus de recrutement !  La fiche de poste  Document inévitable pour tout recrutement, la fiche de poste doit être un véritable miroir de vos attentes.  Elle doit dans un premier temps afficher les compétences spécifiques liées au poste ainsi que les diplômes requis et l’expérience attendue.  ATTENTION : Ces informations ne doivent pas être trop précises (sous crainte d’effrayer les potentiels candidats qui ne cocherait pas l’intégralité des conditions), ni trop laxistes (à l’inverse, sous crainte d’un trop grand nombre de candidatures).  Doivent alors suivre dans la fiche, l’intitulé du poste ainsi que la liste des missions à réaliser dans l’entreprise. Les missions doivent êtres claires et précises afin de cibler et faciliter votre sourcing. Bien définir les missions du poste est un véritable gain de temps pour la suite du processus.  Les objectifs  Afin que le candidat puisse se projeter sur le poste, nous vous recommandons de préciser quelques objectifs liés au poste.  Exemple : Augmentation du chiffre d’affaires mensuel,  Présence de l’entreprise sur d'autres sites géographiques, Déployer un logiciel interne avant une date X… C’est l’occasion pour le candidat de mettre ses compétences utiles pour atteindre l’objectif en avant lors d’un éventuel entretien.  Salaire  Une offre d’emploi sans salaire… n’est pas une offre !  Conseil bonus  N’oubliez pas avant toute chose d’étudier vos ressources internes ! Les meilleurs talents se trouvent parfois déjà dans vos équipes !
Les avantages de l'intérim

Les avantages de l'intérim

Qu’est-ce qu’un contrat d’intérim ? Un contrat de travail temporaire (aussi appelé intérimaire) est un contrat dans lequel le salarié est employé et rémunéré par une entreprise temporaire qui le met à disposition d’une autre entreprise dîtes utilisatrice pour une durée déterminée (appelé mission).  Il est important de relever qu’un intérimaire possède les mêmes droits et obligations qu’un autre employé de l’entreprise utilisatrice. Il n’est pas rare de retenir les indemnités après une mission comme le plus gros avantage de l'intérim. En effet, une fois le contrat terminé, l’intérimaire perçoit une indemnité de fin de mission, correspondant à un montant de 10% de sa rémunération brute totale ainsi que des indemnités compensatrices de congés payés d’une valeur égale de 10% de sa rémunération brute totale. Le tout ajouter au dernier salaire, représente un joli chèque de départ ! Mais les avantages de l’intérim vont bien au-delà !  D’un point de vue professionnel, c’est le moment idéal pour vous de tester une grande diversité d’entreprises (start-up, entreprises internationales,...) et ainsi enrichir votre réseau professionnel.  C’est aussi le bon moment pour vous d’acquérir de l’expérience professionnelle et cela en alternant entre différents postes. La diversité des postes vous donne un accès à un panel de tâches vous permettant d'acquérir de très nombreuses compétences et tout cela en très peu de temps. L’acquisition de compétences sera un véritable atout dans votre CV. Prenez le temps d’évaluer l’environnement et les missions qui vous conviennent le mieux avant de vous engager dans un Contrat à Durée Indéterminée (Est-ce que je préfère manager ou suivre les directives ? Est-ce que je préfère travailler seul ou en équipe ?...)  Quel meilleur moyen de répondre à ces questions que de cumuler diverses expériences par la biais de l’intérim ?  L’intérim est également un contrat qui vous permet une certaine flexibilité au niveau de votre emploi du temps. Il vous est possible d’alterner les périodes de travail et les périodes de repos mais aussi d’accepter des missions plus ou moins longues selon votre agenda.  “Mais si je veux travailler et que l’on ne me trouve pas de mission ?” Votre cabinet Le Bon Candidat Recrutement & Intérim met un point d’honneur à assurer votre projet professionnel et à trouver parmi la centaine d'offres que nous proposons, quotidiennement, LA mission qui vous correspond ! 
Comment réussir son télétravail en 2022

Comment réussir son télétravail en 2022

Face à une 5ème vague de l'épidémie de Covid boostée par le variant Omicron qui se répand à une vitesse exponentielle, le télétravail est plus que jamais présent au sein des entreprises. Depuis le 3 janvier 2022 et ceux pour 3 semaines au minimum, les entreprises ont pour obligation d’accorder pour les postes qui le permettent, le télétravail à raison de 3 jours au minimum par semaine. Lorsque l'organisation du travail et la situation des salariés le permettent, ce nombre peut être porté à 4 jours par semaine. Le travail à domicile est devenu notre « nouvelle normalité professionnelle » depuis 2020 et 2022 ne semble pas être différente.  Le télétravail possède de nombreux avantages, notamment un meilleur équilibre vie pro / vie perso et un gain de temps sur les déplacements, mais il est important de rester productif, malgré le fait qu’il est difficile de rester motivé sans le cadre rassurant du bureau. Voici quelques conseils pour vous aider à devenir plus productif que jamais pendant l’année à venir : Créez un espace de travail dédié Avoir un espace de travail dédié est essentiel à votre concentration.  Réserver un lieu de travail spécifique dans votre maison, libre de toute distraction, vous permet de rester concentrer. Conservez vos horaires de travail Il est nécessaire de garder des plages habituelles pour vous assurer de pouvoir communiquer efficacement avec votre équipe. Prenez l'habitude de commencer et terminer à des heures fixes, respectez votre emploi du temps.  N'oubliez pas de prévoir du temps pour les pauses, cela améliore votre bien-être et donc votre productivité. Télétravail n'est pas synonyme de "travailler plus" Les salariés ont tendance à plus travailler en télétravail que lorsqu’ils se rendent au bureau, parce qu’ils économisent du temps de trajet et rencontrent des difficultés à « se déconnecter » de leurs tâches professionnelles, car il n’y a plus de différenciation entre leur lieu de travail et de vie. Face à cette problématique, deux solutions :  Échangez avec votre manager pour évoquer la question de la charge de travail en télétravail et veillez au respect du droit à la déconnexion.  Imposez-vous des pauses régulières en allant prendre un café ou discuter avec un collègue de façon informelle.  Le personnel n’a pas sa place aux heures de travail Le meilleur moyen de rester productif est d'éviter d'effectuer des tâches personnelles pendant les heures de travail, car cela impacte forcément votre productivité. Gardez un lien avec vos collègues Pour pallier ce sentiment d’isolement que prodigue le télétravail, trouvez un moyen de communiquer avec les membres de votre équipe tout au long de la journée.  De courtes réunions en début de journée sur Zoom ou Google Meet avec toute votre équipe afin de discuter de vos projets en cours, des tâches individuelles ou des problématiques que vous rencontrez. Habillez-vous comme si vous étiez au bureau S'habiller de façon décontractée peut impacter négativement votre motivation à travailler. En vous habillant comme au bureau, vous recréez votre environnement de travail professionnel à la maison. Cela peut vous aider à rester concentré et productif. Et en bonus, vous serez toujours prêt à participer à un appel Zoom ! Gardez ces 5 conseils à l'esprit alors que vous préparez 2022 ! Créer un environnement de travail propice vous aidera à atteindre vos objectifs et à rester utile à votre équipe – deux éléments essentiels pour votre carrière.
Astuces pour réussir son entretien de préqualification téléphonique et les erreurs à éviter

Astuces pour réussir son entretien de préqualification téléphonique et les erreurs à éviter

Une fois votre CV sélectionné, vous prendrez part à un entretien de préqualification téléphonique qui permettra au recruteur d’effectuer une seconde sélection parmi les candidats, avant un entretien physique ou en Visio. Cette étape qui ne cesse de se démocratiser est pour vous le moment de confirmer au recruteur que vous êtes le bon candidat ! Voici nos préconisations ! La préparation démontrera votre capacité d'analyse, votre niveau de motivation et votre sérieux. Renseignez-vous sur l’entreprise : Relire l’offre et déterminer ce qui vous attire dedans et dans l’entreprise, vous renseigner un minimum sur l’entreprise, les valeurs, le secteur, les derniers engagements qu’ils ont pris. Préparez vos points forts et vos axes d’améliorations (savoir-être) en adéquation avec les valeurs de l’entreprise. Vérifiez votre équipement et installez-vous dans l'endroit le plus calme de chez vous. Attendez l’appel téléphonique quelques minutes en avance. Restez disponible à 100% pendant tout le temps de l’entretien. Une présentation réussie vous permettra de faire une bonne impression. Présentez-vous clairement et de manière synthétique. Ne pas « réciter » un texte mais inscrire les parties de votre présentation dans un dialogue avec le recruteur. Donnez vos arguments et vos points forts, mettez en valeur vos compétences, mettez en avant les éléments factuels, encore plus que lors d'un entretien physique. L’attitude à adopter : adoptez les mêmes attitudes que s’il s’agissait d’une discussion en face à face. Prenez des notes. Posez des questions. Soyez clair, structuré, réactif et précis dans vos réponses. Adaptez votre débit de paroles de façon à ne pas parler ni trop vite ni trop lentement et paraître convaincant aux yeux du recruteur. Variez votre ton pour accrocher le recruteur et ne pas l’endormir. Conclusion : Réussir la fin de son entretien vous permettra de vous différencier des autres candidats et de rester dans la tête de votre interlocuteur une fois la conversation terminée. Remerciez le recruteur. Renseignez-vous sur les prochaines étapes. Renseignez-vous sur le délai de réponse du recruteur. Demandez au recruteur des conseils pour améliorer votre prochain entretien d’embauche. Adressez au recruteur un mail de remerciements pour renouveler votre motivation. Les erreurs à éviter : La moindre erreur risque de vous exclure du processus de recrutement, nous avons donc listé les erreurs à ne pas reproduire lors d’un entretien téléphonique avec un recruteur : Avoir un répondeur qui n’est pas professionnel. Ne plus vous souvenir l’entreprise. Avoir une mauvaise communication téléphonique : Bruit de fond (vous êtes dans un espace public), mauvais réseau (vous êtes dans le train), distraction (vous cuisinez en même temps). Être trop timide : Soyez sûr de vous et affirmez-vous sans tenter de prendre l’ascendant sur votre interlocuteur. Être familier : Attention à ne pas être trop détendu, ne soyez pas stresser mais ne soyez pas non plus trop à l’aise. Sélectionnez bien vos termes, attention aux formules familières. Toutes les cartes sont maintenant entre vos mains, alors…. à vous de postuler !
6 conseils pour votre CV

6 conseils pour votre CV

"Nous vous remercions pour votre candidature, malheureusement…" Nombreuses sont les candidatures refusées chaque jour et cela pour différents motifs. L’un des plus fréquents reste l’envoi d’un CV inadapté qui vous fera défaut malgré votre profil compatible et votre expérience dans le domaine. Aujourd'hui nous vous donnons 6 conseils pour que votre CV retienne l'attention des recruteurs ! Postuler avec le même CV Première erreur ! Nombreux sont les candidats qui postulent avec un CV commun lors de leur recherche d'emploi, privilégiant la quantité à la qualité de la candidature. Prendre le temps d'adapter votre CV à une offre permet de vous démarquer et augmente vos chances d'être recontacté pour un entretien. Le titre Considérez votre titre comme votre premier contact avec votre recruteur. Un titre trop long et imprécis peut vous porter préjudice, nous vous recommandons un titre précis et efficace. N’hésitez pas ajouté une phrase d’accroche à la suite en y précisant des informations complémentaires telles que le type de contrat, durée… Utiliser des mots-clés Les mots-clés sont une valeur ajoutée à votre profil, il se peut que la personne en face de votre CV soit l’annonceur de l’offre. En utilisant les mots-clés de l'annonce vous la réconfortez sur votre profil et vos compétences pour le poste ! Attention à tout de même garder un sens à votre CV et ne pas se contenter de copier/coller tous les termes de l'annonce. Des indicateurs de performance Tout comme les mots-clés, les indicateurs de performance permettent de booster votre candidature en s'appuyant sur des données chiffrées concrètes et donc de se faire une meilleure opinion de vos compétences professionnelles. " J'ai augmenté le nombre de contrats en mettant en place une politique de communication ""J'ai augmenté le nombre de contrats mensuels de 27% en mettant en place une politique de communication"Quel CV choisiriez-vous ? Un CV en 1 ou 2 pages ? À moins d'avoir au moins 20 ans d'expérience minimum nous vous recommandons de faire tenir votre CV sur 1 page. Triez vos informations ! Si l'une de vos expériences professionnelles n'a pas de lien avec l'offre à laquelle vous postulez, il n'est pas nécessaire de l'indiquer. Modernisez votre CV Votre lecteur aura sûrement vu 20 CV avant le vôtre et en lira sûrement 20 de plus après. Sachez qu'en recrutement l'apparence de votre CV compte énormément ! Ne vous contentez pas de la police Arial sur fond blanc comme la majorité des candidats, jouez des polices et de tous les outils bureautiques disponibles gratuitement en ligne pour rendre votre CV attrayant et agréable à la lecture. Attention votre CV n'est pas non plus une œuvre d'art. Toutes les cartes sont maintenant entre vos mains, alors…. à vous de postuler !
Comment réussir son entretien visio ?

Comment réussir son entretien visio ?

De par la crise sanitaire, les entretiens visio sont de plus en plus répandus et appréciés des recruteurs.Tout comme les entretiens physiques, l’entretien à distance se prépare ! Avant tout, il est très important de considérer qu’un entretien en visioconférence est tout aussi important qu’un entretien physique, c’est un vrai rendez-vous professionnel avec des enjeux.Nous allons vous donner quelques conseils pour préparer et réussir au mieux le vôtre. Se renseigner Se renseigner sur l’entreprise dans laquelle vous postulez est une étape primordiale qui permet de montrer que vous êtes vraiment intéressé.e.s par celle-ci. Un candidat renseigné est un futur salarié impliqué !Pour cette étape, internet deviendra donc votre plus grand allié. Vous pourrez trouver les informations les plus importantes sur l’entreprise telles que sa date de création, son histoire ou encore ses valeurs.Si vous connaissez en amont l’identité de votre interlocuteur, n’hésitez pas à vous renseigner sur lui également. Vous pouvez rechercher son profil LinkedIn. Cela peut être intéressant si vous avez des expériences similaires ou des intérêts communs. Se renseigner sur votre interlocuteur permettra également de vous préparer à d’éventuelles questions.Petit aparté, pensez d’ailleurs à maîtriser votre image sur les réseaux sociaux pro et perso, c’est crucial !!!Toujours dans le cadre de la préparation de votre entretien, imprégnez-vous de la fiche de poste. Comprenez les tenants et les aboutissants du poste. Cherchez à comprendre quelles caractéristiques techniques, compétences et qualités sont recherchées pour mener à bien la fonction.Maîtriser l’histoire de l’entreprise et la fiche de poste est indispensable si vous souhaitez vous démarquer. Préparer votre présentation et les questions à poser À la différence d’un entretien en présentiel, l’entretien à distance est généralement plus rapide et bref. Il est donc important de préparer votre présentation. Elle doit être précise mais concise.Préparez aussi les différentes questions que vous pourrez poser en fin de dialogue.Choisir une tenue et un arrière-plan appropriésLa tenue et l'arrière-plan ne sont pas à négliger ! Évitez la chemise et le bas de pyjama mais privilégiez une tenue professionnelle complète. Cela permettra dans un premier temps de vous mettre dans des conditions d’entretien et dans un second temps de renvoyer une bonne image de vous.Tout comme la tenue, on évitera un mur avec des posters ou encore le papier peint aux petits camions. Bannissez également les lieux trop confortables, comme le lit, qui auront tendance à vous assoupir et à renvoyer une image peu professionnelle.La webcam a un rôle très important dans votre entretien. En effet, l’interlocuteur aura plus de difficultés à percevoir votre langage non-verbal qu’en physique et vos expressions du visage. Il est donc très important d’opter pour un lieu lumineux avec un fond sobre. Si vous n’avez pas d'arrière-plan neutre, vous pouvez toujours le flouter. Attention, on évitera les fonds verts, peu appréciés des recruteurs et qui peuvent même paraître comme dépassés. Vérifier son équipement Une fois le lieu défini, vérifiez votre équipement : vérifiez que votre micro, webcam et casque fonctionnent correctement. Familiarisez-vous avec l’outil de visioconférence et apprenez à l’utiliser afin d’éviter les mauvaises surprises.Vérifiez également que votre ordinateur est connecté sur un réseau qui fonctionne correctement. Si vous perdez votre connexion durant l’entretien, pas de panique ! Contactez votre interlocuteur en lui expliquant le problème, il comprendra et vous aidera à trouver une solution de secours. Cela montrera d’ailleurs que vous savez gérer les imprévus. Entrer en avance dans la salle d’entretien Qu’importe le type d’entretien, nous vous préconisons la ponctualité plutôt que le retard. Connectez-vous donc en avance et accédez à la salle d’entretien. Cela vous permettra également d’anticiper tout problème technique. En effet, si par hasard la plateforme venait à avoir un bug, vous pourriez réagir rapidement et prévenir votre interlocuteur.Lors d’un entretien physique, vous devez planifier votre trajet à l’avance. Pour un entretien vidéo, pas besoin de planifier son trajet, vous pouvez le réaliser depuis chez vous. Réussir la fin de son entretien A la fin de votre entretien, n’oubliez pas de poser vos dernières questions et de remercier votre interlocuteur. Restez souriant·e jusqu’à la fin et faites surtout attention à bien raccrocher avant de reprendre vos activités.
Le recrutement des cadres en 2021

Le recrutement des cadres en 2021

Un premier trimestre décevant  À la fin de l’année 2020, les entreprises envisageaient d’aborder la nouvelle année par le recrutement d’effectifs supplémentaires et plus précisément de cadres.  Malheureusement, au premier trimestre 2021, le recrutement de cadres n’a pas réellement été flamboyant provoquant la chute du nombre d’offres publiées à hauteur de 17%. Ce n’est qu’à l’arrivée du deuxième trimestre que les entreprises ont pu observer une évolution positive dans le recrutement. Ces trois mois ont marqué une augmentation de 14% de recrutement de cadres, ce qui représente 2 points de plus qu’au trimestre précédent. Le trimestre de relance ? Malgré une nouvelle vague épidémique, il semblerait que le recrutement des cadres soit exempté par les effets de la crise. En effet, il réside un espoir dans l’émergence des locomotives, un ensemble de secteurs qui parviennent à conserver leur niveau d’avant-crise. Les secteurs comme les services à la personne, la santé, l’informatique, l’ingénierie ou encore la recherche sont depuis début 2021 des secteurs d’activités où l’embauche est croissante. Avec 321 000 emplois supplémentaires en 2021, le marché de l’emploi reprend fortement. La fin du couvre-feu, le retour en présentiel et la réouverture des commerces et restaurants seraient les raisons de la relance du marché du travail. De nouvelles opportunités Malgré tout, certains secteurs peinent à croire qu’ils parviendront à trouver la personne idéale. Pourtant, la période est propice, la crise a favorisé l’arrivée des jeunes diplômés sur le marché, ils sont plus de 210 000 à avoir rejoint le monde du travail. Une affluence de candidats qui, bien que motivés, se heurtent à des entreprises dont les aspirations sont trop peu réalistes. En effet, les critères de recrutement manquent de cohérence face au niveau des candidats. Les attentes sont trop élevées, ce qui rend le recrutement difficile, voire impossible. Toutefois, ce contexte est favorable aux cadres déjà en poste ils apparaissent comme ceux qui tirent leur épingle du jeu contrairement aux cadres plus mûres dont 56% ont fait le choix de miser sur la réorientation professionnelle. Ces personnes désireuses d'accroître leurs compétences et de se rendre plus attractives sur le marché du travail, font le choix de changer de carrière et favorisent le succès des organismes de formation. Le premier trimestre ayant enregistré des résultats très peu convaincants, les résultats du 2ème et 3ème ont relancé l’optimisme sur le marché. En effet, avec la reprise d’activité, l'INSEE prévoit une stabilité du taux de chômage d’ici la fin de l’année, passant ainsi de 8,1% à 8,2%.
1 jeune 1 solution : 40.000 offres d'emploi avant l'été !

1 jeune 1 solution : 40.000 offres d'emploi avant l'été !

Le début de ce mois de juin marque la reprise de l’activité mais également l'arrivée imminente de la période estivale. Qui dit été dit job d'été. Hôte d'accueil, vendeur, assistant administratif… tous ces métiers habituellement convoités par les étudiants en cette période ont été freinés par la pandémie, rendant l'embauche des étudiants de plus en plus difficile. Un problème pour les principaux concernés qui, bien souvent, comptent sur les revenus générés par ces emplois pour payer leurs études, rembourser leur emprunt ou encore financer leurs vacances.    Ces derniers mois, la question de l’avenir des jeunes est au cœur du débat. L’augmentation de la détresse et de la précarité inquiète et suscite la mise en place de mesures. L’été dernier pour faciliter l’insertion des jeunes dans la vie professionnelle, le gouvernement a lancé le dispositif “1 jeune, 1 solution”. Une plateforme qui propose plusieurs solutions telles que des offres d’emploi (en cdi,cdd ou en intérim) ou encore des offres de stage.   Pour remédier au déficit du recrutement des jobs étudiant cet été, le gouvernement a décidé de lancer une rubrique job d’été sur la plateforme. Avec la complicité d’une trentaine d’entreprises issues de différents secteurs, le gouvernement s'est engagé à publier 10.000 offres d'emploi sur sa plateforme ce 31 Mai 2021.    Depuis lundi c’est donc plusieurs milliers d’offres d’emploi qui sont disponibles sur le site www.1jeune1solution.gouv.fr. Parmi les entreprises participantes on retrouve des grands noms tels que La caisse d’épargne, Carrefour, Decathlon et bien d'autres.Tous appellent les «dirigeants d'entreprises de toutes tailles et de tous secteurs d'activité» à suivre leur exemple, en proposant des jobs d'été sur la plateforme «1 jeune, 1 solution».   Leur objectif principal est d’éviter que la «jeunesse d'aujourd'hui» devienne une «génération sacrifiée» il est essentiel de leur donner le moyen «de reprendre confiance en eux» après une année éprouvante.   Un message soutenu par le gouvernement qui depuis le début de la pandémie multiplie les mesures à destination des travailleurs de demain. Selon Elisabeth Borne, ministre du travail, le but est d’atteindre le nombre de 40.000 offres avant l’été. 
Les 6 lois de la productivité

Les 6 lois de la productivité

Être productif et savoir gérer son temps comme il le faut est, aujourd’hui, un élément essentiel en entreprise. En effet, beaucoup de personnes ont du mal à gérer leur vie professionnelle et leur vie personnelle. Mais en appliquant quelques méthodes, il est possible de concilier les deux.  Voici 6 lois à prendre en considération pour être plus efficace en gestion du temps et ainsi optimiser votre productivité.   Loi Parkinson « Le travail s’étale de façon à occuper le temps disponible pour son achèvement. » -- Cyril Northcote Parkinson   L’idée de la loi de Parkinson est que plus l’on a de temps pour réaliser une tâche, plus l’on prendra de temps pour la réaliser. Par exemple, si vous avez un mois pour réaliser une tâche, vous la réaliserez en un mois, tandis que si vous avez une semaine pour cette même tâche, elle sera réalisée en une semaine. Cela peut-être à double tranchant, c’est pourquoi il vaut mieux avoir des deadlines bien définies et s’y tenir. Attention toutefois à ne pas vous imposer de deadlines trop courtes. Loi d'Illich « Au-delà d’un certain seuil, l’efficacité humaine décroît, voire devient négative » -- Ivan Illich   De nos jours, on mise énormément sur la productivité. Mais à trop travailler, on risque le surmenage. La loi d’Illich insiste sur l'importance de faire des pauses de temps en temps afin de ne pas baisser en productivité.     Loi de Carlson « Un travail réalisé en continu prend moins de temps et d’énergie que lorsqu’il est réalisé en plusieurs fois »   D’après Carlson, le multitasking est à bannir. En clair, lorsqu’on travaille sur une tâche sans interruption, alors celle-ci prendra moins de temps. Soyez concentré·e sur votre mission afin de la finir plus rapidement que si vous étiez sur plusieurs fronts. Mieux vaut porter toute son attention sur une seule tâche plutôt que se mélanger et perdre en productivité.     Loi de Murphy « Tout ce qui peut mal tourner va mal tourner. » - Edward Aloysius Murphy Jr.   Malheureusement, on sait que dans les projets, des imprévus peuvent arriver à tout moment. La loi de Murphy prévoit que s’il existe une possibilité que quelque chose se passe mal, alors ça sera le cas. C’est en fait une loi d’avertissement exprimant qu'il faut essayer d’anticiper au maximum les imprévus et les éventuels retards.   Loi de Laborit Selon la loi de Laborit, en début de journée, nous sommes bien plus productifs que le reste de la journée. Afin d’éviter la procrastination, il faut donc prévoir de faire vos tâches les plus difficiles ou qui demandent le plus de concentration, le matin.   Loi du mouvement de Newton Il existe la règle des 2 minutes : lorsqu’on est en mouvement, il est plus facile d’entamer la prochaine étape. Donnez vous 2 minutes pour effectuer une tâche, une fois lancé, vous n’aurez aucun mal à continuer. Ces 6 lois peuvent vous aider à être plus productif dans vos objectifs professionnels mais aussi dans vos objectifs personnels. Vous pourrez ainsi mener à bien vos projets sans tomber dans la procrastination. Toutefois, ces 6 lois sont à adapter à vous-même. En effet, la productivité reste propre à chacun !
5 conseils pour télétravailler efficacement

5 conseils pour télétravailler efficacement

La mise en place d’un troisième confinement a remis le sujet du télétravail plus que jamais à l’actualité. Travailler de chez soi, un rythme différent de celui au bureau et difficile à adopter. Bien qu’il présente plusieurs avantages, le télétravail, s’il est mal opéré, peut s’avérer être une véritable épreuve. Pour vous accompagner à aborder ce nouveau défi nous vous donnons cinq conseils pour améliorer votre efficacité en télétravail.   Gardez le rythme Les joies d’éviter les bouchons ou de prolonger sa nuit de sommeil font partie des petits plaisirs procurés par le distanciel. Selon nous, le sommeil est sans aucun doute l’un des meilleurs avantages du télétravail. Toutefois, il est important de ne pas se laisser emporter par l’engrenage de l’effet pyjama. Garder son pyjama toute la journée c’est tentant, malheureusement, il s’agit d’une erreur à éviter. Pour favoriser un télétravail efficace, il faut dès le réveil se plonger dans une attitude de travail. Conservez votre rythme habituel en effectuant votre morning routine habituelle : douche, petit-déjeuner, coiffure… En vous immergeant dans ce rythme, vous conditionnez votre cerveau au travail.   Préparer sa prestation Le télétravail est un acteur qui a généré une attractivité en faveur de l’utilisation des outils de réunions comme Teams ou encore Google meet. Ces réunions programmées à distance vous permettent de mener vos entretiens dans les meilleures conditions. Il est donc indispensable de soigner au mieux la préparation de ces entrevues. La tenue Tout comme pour une présentation en présentiel, lors d’une réunion en vidéoconférence, votre tenue a son importance. Se vêtir d‘une tenue correcte et professionnelle est le moyen de prouver à son auditoire votre effort malgré des conditions inhabituelles. La communication non verbale Réaliser une réunion depuis chez vous est un moyen de pouvoir augmenter votre performance. En effet, vous avez l'opportunité de travailler votre gestuelle et votre communication non verbale à l’avance, ce qui conduira à une meilleure qualité de votre présentation. Un équipement adéquat Cela peut sembler évident, cependant il est élémentaire de rappeler que le matériel en télétravail est votre lien avec le monde extérieur. Avant chaque échange, assurez-vous de tester vos micros, caméras, de vérifier vos logiciels de diffusion de documents… Toutes ces vérifications vous permettront d’éviter un ternissement de la qualité de votre présentation, ce qui, pourrait avoir une répercussion directe sur la compréhension de votre message. Dans le but d’accroître votre efficacité, multipliez les outils numériques de communication afin de recueillir différents retours.   Une séparation dans l’espace et dans le temps Il est capital de séparer votre vie privée de votre vie professionnelle.En travaillant à la maison, on peut rapidement faire face à des perturbations. L’environnement différent est propice à la déconcentration. Il est donc important de délimiter un périmètre dédié au travail afin de différencier ce qui relève du travail et ce qui n’en est pas. Isolez-vous dans une pièce, travaillez dans la cuisine ou encore tout simplement dans votre salon. Il faut que vous choisissiez une zone qui vous convient et dans laquelle vous serez le plus apte à travailler. Évitez seulement les lieux trop confortables comme le lit ou le canapé qui auront tendance à vous assoupir. S’il est compliqué pour vous de vous isoler entièrement, il est nécessaire d'informer les personnes qui vous entourent, afin qu’elles prennent connaissance de vos horaires et de votre indisponibilité momentanée.   Organiser sa journée : le maître mot Au bureau la journée est rythmée par des réunions, les interactions avec les collègues, les pauses, les appels téléphoniques… Tout est mis en place de sorte à ce que vous ayez de quoi occuper votre journée. À la maison en revanche, livré(e) à vous-même, sans personne pour veiller à la bonne réalisation de vos missions, c’est à vous de vous organiser afin d’éviter un décrochage et désintérêt pour le travail. Commencez par identifier l’ensemble des tâches à réaliser puis répartissez-les sur votre temps de travail quotidien. Définissez des moments pour faire le point sur le travail réalisé afin d’évaluer votre efficacité et d'identifier des axes d’amélioration. Conservez un contact humain, favorisez les interactions avec vos collègues. La situation actuelle n’arrange aucunement la réclusion. Malgré la distance, il est essentiel d'éviter l'isolement en faisant le choix de la communication. N’hésitez pas à prendre des pauses. S’il y a un avantage au télétravail, c’est bien le fait de pouvoir faire des pauses lorsqu’on le désire. Faire une pause quand on en ressent le besoin ne fait pas de vous un mauvais travailleur bien au contraire, c’est le moyen pour vous de vous replonger efficacement dans le travail ce qui augmentera votre concentration et votre productivité.   Prenez l’air Qui dit télétravail dit rester à la maison ! N’hésitez pas à vous aérer le corps et l’esprit en changeant d’environnement. Envisagez des promenades, des activités sportives ou encore des sorties en plein air. Changez d’air, c’est aussi le moyen d’évacuer la pression de la journée passée afin d’aborder la suivante de la meilleure des façons. En plus de booster votre vitalité, votre énergie physique et mentale, passer du temps à l'extérieur vous permettra d’être plus productif.   L’évolution de la situation sanitaire amène à penser que le télétravail fera désormais bel et bien partie de notre quotidien. Il est donc crucial d’apprendre à apprivoiser ce nouveau rythme de travail qui est appliqué aujourd’hui plus qu’hier.   
Aide à la mobilisation des employeurs pour l’embauche des travailleurs handicapés

Aide à la mobilisation des employeurs pour l’embauche des travailleurs handicapés

Depuis le 1er septembre 2020 et jusqu’au 30 juin 2021, l’Etat prévoit une aide pouvant s’élever jusqu’à 4 000€ pour toutes les entreprises ou associations (mentionnés à l’article L. 5134-66 du code travail et au 7° de l’article L. 5424-1 du Code du Travail à l’exception des établissements publics administratifs, des établissements publics industriels et commerciaux et des sociétés d’économie mixte) embauchant un salarié ayant la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH), quel que soit son âge. Les conditions Embaucher entre le 1er septembre 2020 et le 30 juin 2021 un travailleur handicapé disposant de la reconnaissance de qualité de travailleur handicapé Embaucher une personne en CDI, en CDI intérimaire ou en CDD pour une période d’au moins 3 mois Sa rémunération doit être inférieure ou égale à deux fois le montant du SMIC L’employeur ne doit pas avoir procédé à un licenciement économique sur le poste concerné depuis le 1er janvier 2020. Comment en bénéficier ? Pour bénéficier de cette aide, vous devez adresser votre demande d’aide à l’Agence de Services et de Paiement (ASP) via la plateforme de téléservice.   Vous devrez alors fournir les documents suivants : Copie du contrat de travail; Copie des cartes nationales d'identité du représentant et du jeune.   Vous aurez un délai de 6 mois à compter de l’embauche du jeune pour faire la demande. Quand l’aide est-elle versée ? L’aide est versée à la fin de chaque trimestre par l'ASP, pendant un an au maximum. Lisez nos articles sur les autres aides exceptionnelles disponibles en cliquant ici.
Les emplois francs +

Les emplois francs +

Depuis 2018, les emplois francs permettent de faciliter l’accès à l’emploi aux résidents de quartiers prioritaires, en accordant une prime à l’embauche aux entreprises et aux associations, pour un recrutement en CDI ou en CDD d’au moins 6 mois. Dans le cadre du plan 1 jeune, 1 solution, l’Etat augmente cette aide pour les personnes de moins de 26 ans, pendant 3 mois, et ce jusqu’au 31 mars 2021.   Les conditions Embaucher un demandeur d’emploi inscrit à Pôle emploi, un adhérent à un Contrat de Sécurisation Professionnelle (CSP) ou un jeune suivi par une mission locale; La personne recrutée doit être âgée de moins de 26 ans, résidant en quartier prioritaire de la politique de la ville; Le contrat doit être à durée indéterminée ou déterminée mais d’au moins 6 mois, et doit être conclu entre le  15 octobre et le 31 mars 2021; L'entreprise ne peut pas embaucher une personne ayant fait partie de l’entreprise dans les 6 mois précédant la date d’embauche; L'entreprise ne doit pas avoir procédé à un licenciement économique sur le poste concerné, dans les 6 mois précédant la date.   Comment en bénéficier ? Pour bénéficier de cette aide, vous devez faire une demande en remplissant le formulaire disponible ici.   Vous devrez alors fournir les documents suivants : L’attestation d’éligibilité remise par la personne qu’il souhaite embaucher; Le justificatif de domicile de la personne (vous pouvez vérifier que l’adresse est bien située dans un quartier prioritaire de la politique de la ville ici)   Vous aurez un délai de 3 mois après la signature du contrat de travail pour faire la demande. Quand l’aide est-elle versée ? L’aide est versée par Pôle emploi tous les 6 mois à partir de la date d’exécution du contrat. L’employeur devra toutefois adresser un justificatif de présence du salarié au Pôle Emploi. Pour plus d’informations, vous pouvez appeler le service employeurs de Pôle emploi au 3995 ou prendre contact avec une mission locale. Lisez nos articles sur les autres aides exceptionnelles disponibles en cliquant ici.
Aide exceptionnelle pour l’embauche d’un alternant en contrat de professionnalisation

Aide exceptionnelle pour l’embauche d’un alternant en contrat de professionnalisation

Depuis le 1er août et jusqu’au 31 mars 2021, l’Etat prévoit une aide allant jusqu’à 8 000€ pour tous les employeurs embauchant un alternant en contrat de professionnalisation et d'apprentissage. Pour les alternants de moins de 18 ans l’aide est de 5 000€ et pour les alternants de 18 à 29 ans, elle est de 8 000€.   Les conditions Embaucher un alternant jusqu’à 29 ans révolus entre le 1er août 2020 et le 31 mars 2021 préparant : Un diplôme jusqu’au master (bac +5 ou niveau 7 du RNCP); Un Certificat de Qualification Professionnelle; Un contrat expérimental. Pour les entreprises de moins de 250 salariés : sans autre condition. Pour les entreprise de 250 salariés et plus : vous devez vous engager à atteindre : 5% de contrats favorisant l’insertion profesionnelles au 31 décembre 2021; 3% d’alternants au 31 décembre 2021 et + 10% d’alternants par rapport à l’année passée. Si vous ne respectez pas ces conditions, vous devrez rembourser les sommes perçues à l’Agence de Services et de Paiement (ASP).   Comment en bénéficier ? Pour bénéficier de cette aide, vous devrez transmettre les contrats de professionnalisation à l’Opérateur de Compétences compétent dans votre secteur d’activité. Le ministère se charge ensuite d’adresser les contrats d’apprentissage éligibles à l’aide à l’ASP.   Entreprises de moins de 250 salariés →  La transmission du contrat par le ministère à l’ASP vaut décision d’attribution ; une notification est alors adressée à l’employeur par l’ASP.   Entreprises de 250 salariés et plus → Vous devrez compléter le formulaire d’engagement et l’envoyer à l’ASP dans un délai de 8 mois à compter de la date de conclusion du contrat. Lors de la réception du formulaire complété, l’ASP pourra commencer à vous verser l’aide.   Vous devrez alors fournir les documents suivants : Copie du contrat de travail; Copie es cartes nationales d'identité du représentant et de l'alternant.   Vous aurez un délai de 4 mois à compter de l’embauche du jeune pour faire la demande.   Quand l’aide est-elle versée ? L’aide est versée mensuellement par l’ASP, avant le paiement de la rémunération par l’employeur et chaque mois dans l’attente des données de la Déclaration Sociale Nominative (DSN). Pour plus d’informations, vous pouvez appeler le 0 820 825 825 (Service 0,15(€/min) + prix appel). Lisez nos articles sur les autres aides exceptionnelles disponibles en cliquant ici.
Aide exceptionnelle pour l’embauche d’un alternant en contrat d’apprentissage

Aide exceptionnelle pour l’embauche d’un alternant en contrat d’apprentissage

Depuis le 1er août et jusqu’au 31 mars 2021, l’Etat prévoit une aide allant jusqu’à 8 000€ pour tous les employeurs embauchant un alternant en contrat d’apprentissage et de professionnalisation. Pour les alternants de moins de 18 ans l’aide est de 5 000€ et pour les alternants de 18 à 29 ans (révolus), elle est de 8 000€. Les conditions Embaucher un alternant préparant un diplôme jusqu’au master (bac +5 ou niveau 7 du RNCP) de moins de 29 ans entre le 1er août 2020 et le 31 décembre 2021. Pour les entreprises de moins de 250 salariés : sans autre condition. Pour les entreprises de 250 salariés et plus : vous devez vous engager à atteindre : 5% de contrats favorisant l’insertion profesionnelles au 31 décembre 2021; 3% d’alternants au 31 décembre 2021 et + 10% d’alternants par rapport à l’année passée. Si vous ne respectez pas ces conditions, vous devrez rembourser les sommes perçues à l’Agence de Services et de Paiement (ASP). Comment en bénéficier ? Pour bénéficier de cette aide, vous devrez transmettre les contrats d’apprentissage à l’Opérateur de Compétences compétent dans votre secteur d’activité. Le ministère se charge ensuite d’adresser les contrats d’apprentissage éligibles à l’aide à l’ASP.   Entreprises de moins de 250 salariés →  La transmission du contrat par le ministère à l’ASP vaut décision d’attribution ; une notification est alors adressée à l’employeur par l’ASP.   Entreprises de 250 salariés et plus → Vous devrez compléter le formulaire d’engagement et l’envoyer à l’ASP dans un délai de 8 mois à compter de la date de conclusion du contrat. Lors de la réception du formulaire complété, l’ASP pourra commencer à vous verser l’aide.   Vous devrez alors fournir les documents suivants : Copie du contrat de travail; Copie des cartes nationales d'identité du représentant et de l'alternant.   Vous aurez un délai de 4 mois à compter de l’embauche du jeune pour faire la demande. Quand l’aide est-elle versée ? L’aide est versée mensuellement par l’ASP, avant le paiement de la rémunération par l’employeur et chaque mois dans l’attente des données de la Déclaration Sociale Nominative (DSN). Pour plus d’informations, vous pouvez appeler le 0 820 825 825 (Service 0,15(€/min) + prix appel). Lisez nos articles sur les autres aides exceptionnelles disponibles en cliquant ici.
Aide à l’embauche des jeunes

Aide à l’embauche des jeunes

Depuis le 1er août et jusqu’au 31 mars 2021, l’Etat prévoit une aide allant jusqu'à 4 000€ pour tous les employeurs embauchant un jeune de moins de 26 ans.   Les conditions Embaucher un jeune de moins de 26 ans entre le 1er août 2020 et le 31 mars 2021 Embaucher cette personne en CDI, CDI intérimaire ou en CDD pour une période d’au moins 3 mois La rémunération du jeune embauché doit être inférieure ou égale à deux fois le montant du SMIC Ne pas avoir procédé à un licenciement économique sur le poste concerné depuis le 1er janvier 2020 Comment en bénéficier ? Pour bénéficier de cette aide, vous devez adresser votre demande d’aide à l’Agence de Services et de Paiement (ASP) via la plateforme de téléservice.   Vous devrez alors fournir les documents suivants : Copie du contrat de travail; Copie des cartes nationales d'identité du représentant et du jeune.   Vous aurez un délai de 4 mois à compter de l’embauche du jeune pour faire la demande. Quand l’aide est-elle versée ? L’aide est versée par l’ASP, à la fin de chaque trimestre, durant un an maximum. A noter que le montant de celle-ci est proratisé en fonction du temps de travail et de la durée du contrat de travail (exemple : 1000€ pour un contrat de 3 mois, 2000€ pour un contrat de 6 mois, …). Lisez nos articles sur les autres aides exceptionnelles disponibles en cliquant ici.
Qu’est ce que le plan 1 jeune, 1 solution ?

Qu’est ce que le plan 1 jeune, 1 solution ?

Le plan 1 jeune, 1 solution est un dispositif mis en place par l’Etat l’été dernier et visant à :      • aider les jeunes, âgés de 15 à 29 ans, en leur proposant une solution adaptée à leur situation, afin de favoriser leur embauche;      • aider les entreprises et associations à l’embauche en leur offrant des aides financières.    Il est composé de 6 principaux axes :      • Aide à l’embauche des jeunes;      • Aide à l’embauche des alternants en contrat d’apprentissage;      • Aide à l’embauche des alternants en contrat de professionnalisation;      • Dispositif “emplois francs +”;      • Aide à la mobilisation des employeurs pour l’embauche des travailleurs handicapés.   Le plan 1 jeune, 1 solution mobilise environ 7 milliards d’euros, et prévoit des aides exceptionnelles jusqu’à 8 000€.     Pour plus d'informations vous pouvez visiter le site suivant : https://travail-emploi.gouv.fr/le-ministere-en-action/relance-activite/plan-1jeune-1solution/.
Préparer son entretien

Préparer son entretien

La préparation de son entretien est une étape souvent négligée. Elle est pourtant nécessaire, voire primordiale au succès d’un entretien. Il faut avoir en tête que lorsqu’un recruteur contacte un candidat à la suite d’une candidature, le recruteur est forcément intéressé par le candidat. Cette étape est l’occasion de connaître un peu mieux le candidat, mais aussi de voir si recruteurs et postulants sont sur la même longueur d’onde. N’oubliez pas, la première impression est très importante !     En amont   Se renseigner sur l'entreprise  Grâce à Internet, vous pouvez trouver un maximum d’informations sur l’entreprise pour laquelle vous postulez. Quand l’entreprise est-elle née ? Quels sont les services ou les produits vendus ? Le fait de se renseigner sur l’entreprise et sur la personne qui va vous recevoir montre votre intérêt pour l’entreprise. C’est la preuve que vous êtes prêts à vous impliquer. Mais ce n’est pas la seule raison. En vous renseignant sur votre interlocuteur, vous pourrez préparer vos réponses à d’éventuelles questions. En effet, en fonction des fonctions exercées, vous n’aurez pas le même type de questions. Vous devez pouvoir rassurer votre interlocuteur sur vos compétences, mais aussi sur votre implication. Petit aparté, pensez d’ailleurs à maîtriser votre image sur les réseaux sociaux pro et perso, c’est crucial !!! Toujours dans le cadre de la préparation de votre entretien, imprégnez-vous de la fiche de poste. Comprenez les tenants et les aboutissants du poste. Cherchez à comprendre quelles caractéristiques techniques, compétences et qualités sont recherchées pour mener à bien la fonction.   Préparer sa présentation  La présentation de votre parcours est très importante. Bien sûr, votre interlocuteur a lu votre CV donc le but n’est pas d’en réciter le contenu par cœur. Ici, l’objectif est d’apporter des précisions sur votre parcours. C’est aussi l’occasion de mettre en valeur vos compétences ou votre valeur ajoutée. Vous devez mettre en avant vos réalisations professionnelles sans trop en montrer. N’hésitez pas à faire le lien entre l’entreprise et ce que vous pouvez apporter. Entraînez-vous devant votre miroir à vous présenter. N’oubliez pas que le langage corporel est très important. D’après Albert MEHRABIAN, l’impact d’un message repose sur 7% de langage verbal (les mots prononcés) ; 38% de langage para-verbal (le ton utilisé), 55% de langage non-verbal (les gestes et mimiques). Regardez votre interlocuteur, utilisez vos mains pour accompagner vos paroles, faites des pauses. Attention toutefois à ne pas abuser des gestes trop brusques.   Préparer des questions à poser durant l'entretien  Souvent, les candidats oublient qu’un entretien d’embauche n’est pas seulement organisé pour le questionner sur ses compétences. C’est aussi l’occasion pour lui d’en savoir plus sur l’entreprise, ainsi que sur le poste qu’il convoite. N’hésitez pas à poser des questions pour savoir ce que l’entreprise attend de vous ou encore quelles sont les possibilités d’évolution.   Planifier le trajet pour arriver à l'heure  La ponctualité est une qualité. Vous ne pouvez pas vous présenter en retard à un entretien. Votre ponctualité est une preuve de votre engagement, mais également de votre motivation.  Bien sûr, on ne peut pas prévoir certains retards (problème de transports, par exemple). Prévoyez donc votre trajet pour arriver avec un peu d’avance. C’est aussi une marque de respect envers le recruteur qui a d’autres tâches en dehors de vous recevoir en entretien.    Préparer une tenue correcte et professionnelle  Pour un entretien, vous devez avoir une tenue adaptée, mais surtout confortable. Une tenue qui serait inconfortable vous déconcentrera lors de votre entretien. Votre inconfort sera palpable et le recruteur pourrait se faire une mauvaise opinion de vous. N’hésitez pas à faire un petit tour sur le lieu de votre entretien quelques jours avant celui-ci, afin de repérer les styles vestimentaires adoptés par les employés de l’entreprise dans laquelle vous postulez. Tout dépend évidemment du poste auquel vous postulez mais privilégiez pour vous, messieurs un costume. En règle générale, la cravate est conseillée. Si votre interlocuteur n’en porte pas, vous saurez que vous pourrez vous en passer une fois le poste décroché. En revanche, si la personne en face de vous porte une cravate et que vous n’en n’avez pas, ça pourrait être mal perçu. Et pour vous mesdames, rien de tel qu’une tenue classique.   Préparer tous les documents qui pourraient vous être demandés  Ne venez pas les mains vides ! Lors d’un entretien, des documents comme vos diplômes, votre CV, votre lettre de motivation ou encore des attestations de formations peuvent vous être demandés. Soyez prévenants, pensez à les apporter.     Pendant l'entretien Saluer toutes les personnes présentes  A l’arrivée comme au départ, n’oubliez pas de saluer toutes les personnes que vous rencontrez. Ce n’est qu’une question de politesse.   C’est connu, les premières minutes sont les plus importantes ! Faites bonne impression, la poignée de main doit être ferme. Attention, pas de main molle mais ce n’est pas non plus un combat de coqs. Le regard est également crucial : regardez votre interlocuteur dans les yeux, l’échange doit être naturel. Vous pouvez clignez des yeux ! Pas de combat de regard, ni de regard fuyant. Attention à votre posture, soyez à l’aise mais pas avachi sur votre chaise ou affalé sur la table. Coupez votre téléphone portable allumé, votre grande tante préférée pourra attendre ! Posez votre voix, ce n’est pas une course de fond. Surtout, on évite les questions sur le nombre de RTT, comment est la cantine, quand pouvez-vous partir en vacances...   Ne pas hésiter à poser des questions Votre interlocuteur est aussi là pour vous renseigner si la fiche de poste n’était pas assez claire à vos yeux. L’entretien est aussi là pour vous donner des précisions sur ce qui vous sera demandé, d’où l’importance de préparer ces questions. Prévoyez donc de quoi noter les réponses que l’on vous donnera. Et s’il y a bien une question à poser, c’est de savoir comment se passe le processus de recrutement. Ça vous donnera une idée de combien de temps prendra le recrutement.   Après l'entretien  Le lendemain, envoyez un mail de remerciements, un bref condensé de votre échange. Réitérez vos motivations. Vous pouvez également ajouter votre interlocuteur sur LinkedIn. Une semaine plus tard ou une dizaine de jours plus tard, n’hésitez pas à renvoyer un mail pour savoir où en est le process de recrutement, et mieux encore : téléphoner. Vous montrerez à la fois votre réelle motivation et votre pugnacité. Pas plus, pas moins… A trop relancer le recruteur, vous risquez de l’irriterez.     En résumé, un entretien se prépare, un peu comme une course. Vous ne pouvez pas arriver à un entretien d’embauche sans préparation. Préparer un entretien vous permettra d’éviter des erreurs communes que font les candidats et c’est ainsi que vous vous démarquerez.
Les questions à poser en fin d’entretien

Les questions à poser en fin d’entretien

L’entretien se termine, vous êtes satisfait de votre prestation et le recruteur aussi. Vous n’avez plus de secret pour votre interlocuteur. Mais voilà qu’arrive la fameuse interrogation « Avez-vous des questions ? ». Cette question, qui, en quelques secondes, peut vous faire perdre tous les points gagnés durant l’entretien. On inverse les rôles, c’est maintenant à vous de rebondir et de poser les questions. Poser des questions montrera votre implication et votre motivation. Attention toutefois, à ne pas poser n’importe quelles questions. Mais pas de panique ! Nous sommes là pour vous aider à préparer cette partie tant redoutée.   Questions sur le poste S’agit-il d’une création de poste ? Quelles compétences/qualités estimez-vous nécessaires pour ce poste ? Quel était le profil de la personne qui occupait ce poste précédemment ? Quelles sont les perspectives d’évolution pour ce poste ? Comment s’organisent et s’organiseront le partage des missions ? Avez-vous un programme de formation pour les nouveaux employés ? Y’a-t-il une période de passation prévue avec la personne qui occupe actuellement le poste ?   Questions sur le processus de recrutement Quelle est la prochaine étape de votre processus de recrutement ? Y a-t-il d’autres entretiens à prévoir ? Combien de candidats avez-vous déjà rencontrés ? Combien comptez-vous en rencontrer ? Quand puis-je vous recontacter pour obtenir un retour ?   Questions sur l’entretien Après cet échange, que pensez-vous de ma candidature ? Pourquoi avez-vous retenu mon CV ? Ai-je bien répondu à vos questions ou souhaitez-vous avoir d’autres précisions ?   Questions sur l’entreprise Quelles sont les horaires de travail ? Comment s’organisent les différents services ? Quels sont les objectifs à court et à long termes ? Y’a-t-il du télétravail mis en place ? Comment se porte votre activité avec la crise actuelle ?   En résumé, cette incontournable question se prépare, tout comme le reste de l’entretien. Poser des questions soulignera votre intérêt pour l’entreprise et pourra vous permettre de vous démarquer. Ne posez bien sûr pas toutes les questions ci-dessus mais triez en fonction des réponses que vous avez déjà.
La méthode Pomodoro

La méthode Pomodoro

Deadlines à l’approche mais vous vous sentez débordé(e), stressé(e) ou encore anxieux(se) à cause du manque de temps ? La gestion du temps est un réel problème chez de nombreuses personnes. Elle réside souvent d’un manque de concentration, qui peut vite nuire à la bonne efficacité et productivité, et vous vous sentez alors vite sous l’eau, noyé(e) par la forte quantité de travail. La méthode Pomodoro est une technique de gestion de temps développée par Francesco Cirillo à la fin des années 1980. Pomodoro est un mot italien signifiant “tomate”, il représente en fait un minuteur en forme de tomate, très souvent utilisé par les italiens. La méthode Pomodoro consiste à gérer son temps de travail grâce à un minuteur réglé sur 25 minutes de travail sans interruption puis de prendre régulièrement des pauses de quelques minutes.   Voyons ensemble comment fonctionne plus précisément cette technique.   Étapes de la méthode Pomodoro Planifier les tâches à effectuer. Travailler sur une des tâches sans interruption pendant 25 minutes. Prendre une courte pause de 3 à 5 minutes Reprendre à nouveau le travail durant 25 minutes. Recommencer le cycle de pomodori (pluriel de “pomodoro”), 3 fois Au bout de ces 4 pomodori, prendre une pause plus longue, de 10 à 30 minutes, qui n’a pas de lien avec l’activité professionnelle : lire, écouter de la musique, marcher… Le but de cette technique est d’augmenter la productivité et permettre de rester opérationnel. Comment ? En améliorant sa concentration grâce aux nombreuses pauses. La méthode Pomodoro permet aussi d’éviter le surmenage, en se limitant et en s’accordant des moments de répit. Se concentrer sur une tâche puis prendre le temps de relâcher la pression permet d’éviter la lassitude de cette tâche et le travail bâclé. Ces pauses permettent donc de porter un regard toujours net sur son travail.