Le recrutement engagé avec Le Bon Candidat

Népal

  • 4 projets
  • Première intervention en 2019
  • 4 articles
Juillet 2019

Une équipe de futurs champions

Fort de ses premières interventions, le BON CANDIDAT Association continu de s’impliquer à travers le Népal.

Toujours basé dans la ville de Pokhara, notre représentant a eu échos de nouveaux projets.

Notre contact local, Lobsang nous met en relation avec La Mount Kailash School.

Cette dernière a été fondée pour permettre aux enfants réfugiés tibétains de recevoir une bonne éducation.
L'école a des classes de la maternelle à la primaire et compte actuellement 135 élèves.

Les enfants viennent de toute la région pour apprendre et parfois même de bien plus loin (Mustang, Dhorpatan, Manang, etc.).
L'école est un véritable foyer pour les enfants.
La plupart d'entre eux y vivent à l’année et ne rentrent chez eux que pendant les grandes vacances d'hiver.

Le tibétain, l’anglais, le népalais, les sciences ou encore les mathématiques y sont enseignées.
L’organisation scolaire est déjà bien rodée.

Le sport, la poésie, le chant, la danse et encore bien d’autres activités sont également à l’honneur.

Convaincus que le sport prend une part importante dans l’éducation des jeunes bambins, c’est en ce sens que nous souhaitons intervenir.

Une équipe de foot a été créée. L’investissement des enfants est impressionnant.
Des t-shirts délimitent les cages, le ballon est d’époque et le terrain pas tout à fait symétrique.
Malgré ça, jour après jour, les élèves se réunissent pour disputer des matchs.

La chaleur de la région n’impact en rien leur motivation.

Passionnés par le football, des rêves plein la tête et l’espoir de devenir un jour de grands joueurs.

Et si nous rajoutions un peu de couleur dans la vie de nos jeunes sportifs ?

Nous délimitons en vrai terrain. Nous installons de nouvelles cages et fournissons de nouveaux ballons.
Enfin, une équipe de champion se doit d’avoir un vrai sponsor.
Les maillots sont donc fournis et floqués à notre effigie.

Pour inaugurer le nouveau matériel, nous organisons un tournoi.
Tout le monde souhaite participer. Petits et grands se retrouvent et s’affrontent sur le terrain.
Le niveau est élevé. Élèves et enseignants réunis autour d’un objectif commun : remporter la coupe.

C’est autour d’un goûter que la journée s’achève et que coupes et médailles sont distribuées.

Le soleil se couche. On range le matériel.
Un dernier au revoir et nos chemins se séparent. A très bientôt, nous l’espérons.

Juillet 2019

Le temple de POKHARA

Considérée comme la deuxième ville la plus importante du Népal après Katmandou, Pokhara est une cité située au centre du pays, au bord du lac Phewa. Elle constitue un point d'entrée dans le grand tour des Annapurnas, un célèbre trek de l'Himalaya.

C’est ici que s’organise la prochaine étape du périple de notre routard.
Changement de décor. Nous voilà arrivés dans une ville bien plus importante.
Tarik s’enfonce dans la métropole et finit par se perdre entre les ruelles et la foule. La chaleur est toujours aussi accablante.
Difficile de se repérer.

Après plusieurs heures de marche à travers la ville, Tarik Afellous arrive enfin à destination.
Un temple bouddhiste niché sur les hauteurs de la cité.

Lobsang, le directeur du monastère nous accueille et nous entamons la visite des locaux.
Le temple est magnifique. Un véritable héritage culturel.
Tarik s’interroge sur la raison de sa venue. Sa mission première relative à notre association reste de faciliter l’accès à l’éducation des jeunes enfants à travers le monde.

Lobsang nous précise que son monastère héberge le camp de réfugiés HAMZA qui regroupe plus de 160 enfants orphelins tibétains.
L’excursion prend une tout autre tournure et le sens de notre visite se dessine.

Les bambins viennent nous saluer. Les sourires sont au rendez-vous.
Ici, les jeunes enfants viennent apprendre à lire, à écrire et à compter.

Les finances du monastère ne sont pas au beau fixe et le matériel scolaire fait défaut.

Véritable révélation pour Tarik. Notre globetrotter est touché par l’investissement des moines.
La cloche retentit, nous en profitons pour assister à une leçon.
Tout le monde est volontaire et chacun souhaite participer. A chaque question posée, c’est une farandole de doigts qui ciblent le plafond, le plus haut possible pour être interrogé.
Les leçons sont récitées en cœur.

Au deuxième jour, notre ambassadeur décide d’investir dans du matériel scolaire et démarre la distribution.
Les enfants à la file indienne, le calme est de mise.
Nous offrons à chacun le matériel scolaire nécessaire pour étudier dans de bonnes conditions.

Cahiers, stylos, gommes, colles, classeurs, règles, ramette de papier…

C’est avec joie que nos jeunes élèves prennent possession de leurs nouveaux outils.
L’heure est au dessin. Tout le monde se retrouve autour d’un goûter.

Il est temps pour notre aventurier de retourner affronter la foule dans les ruelles de POKHARA.

Lobsang nous remercie chaudement pour notre investissement. Notre participation nous paraît dérisoire en contrepartie de ses remerciements.
Ce dernier nous précise que les visites sont rares et les donations d’autant plus.

C’est avec le souhait de se revoir très vite que les deux compères se saluent.

Tarik finit par disparaître au milieu du grouillement de la cité.

Juin 2019

Alerte à l'éléphant

Bienvenue dans le parc national de Bardia. Vaste réserve naturelle qui s’étend sur plus de 1 000 km2 à l’Ouest du Népal.
Pythons géants, rhinocéros, éléphants sauvages, crocodiles, singes, des centaines d’oiseaux, ou encore des tigres du Bengale se partagent l’espace dans une des réserves les plus protégées du pays.
Ici, la cohabitation entre les habitants de la région et la faune du parc national n’est pas toujours des plus harmonieuses.
C’est en réponse à l’appel d’un établissement scolaire implanté en bordure du parc que nous avons décidé de marquer un nouvel arrêt.

L’histoire n’est pas des plus banales. En effet, Jagat, notre guide local nous raconte la mésaventure vécue par les jeunes élèves de cette école.
Quelques semaines auparavant l’équipe scolaire a retrouvé l’école dévastée. La cause est simple, des sacs de nourriture oubliés dans une salle de classe.
Attiré par les provisions, un troupeau d’éléphants sauvages a fait irruption en saccageant tout sur son passage. Les locaux et les affaires des enfants sont en piteux état.
Fort heureusement l’attaque a eu lieu en pleine nuit.

À la suite de cet incident, un élan de générosité a soulevé les habitants du village voisin.
Tout le monde a participé à la reconstruction de l’établissement. Petits et grands, main dans la main pour réfectionner l’école.
LE BON CANDIDAT Association a décidé de prêter main forte. Accompagnés de notre guide Jagat, nous apportons aux élèves un soutien matériel. Cahiers, classeurs, crayons, gommes, stylos, feutres, règles, colles ou encore feuilles de papiers…

Nous en profitons également pour rapporter des équipements sportifs. Ballons en tout genre, raquettes, filets….

Touché par l’accueil des enfants et l’élan de solidarité local, notre globetrotter a souhaité soutenir la réfection de l’école.
Oui mais comment ?
La réponse est unanime. Les enfants travaillent aujourd’hui à même la chappe de béton dans des salles assez vétustes.
Les salles mal isolées sont très froides en hiver. Les bambins peinent à travailler et les professeurs à enseigner.
L’équipe scolaire nous sollicite pour la réfection des sols. Le budget est aujourd’hui trop conséquent pour ces derniers.
Le projet est lancé. Nous contactons des entrepreneurs de la région pour réaliser les travaux.
L’école compte aujourd’hui 70 élèves répartis dans quatre classes.
Après plusieurs jours d’intervention, les sols sont aujourd’hui flambant neufs.

Une action qui peut paraitre anodine mais qui apporte un véritable confort pour l’apprentissage de ces jeunes élèves.

L’heures des aurevoirs est arrivée.
C’est le cœur rempli d’émotion que Jagat nous salue et nous remercie pour notre initiative apportée auprès de l’école de son enfance.

Juin 2019

A l’ombre des Manguiers

Toujours à l’écoute de nouveaux programmes humanitaires à destination des enfants à travers le monde, notre globe-trotter, Tarik Afellous a décidé d’intervenir sur un nouveau projet au Népal.
Le rendez-vous est pris et les billets d’avions aussi.

Nous voilà arrivés à LUMBINI, petite ville népalaise située à 15 Kilomètres au nord de la frontière indienne. C’est ici que notre ambassadeur du BON CANDIDAT Association a posé ses valises.
Petite ville reconnue comme étant le lieu de naissance traditionnel de BOUDDHA, la cité est arborée de temples.
Premier échange avec Hassib, notre contact local. L’accueil est chaleureux et convivial.
Nos deux compères arpentent les rues de la ville à mobylette et finissent par se perdre dans un chemin de terre au bout duquel on aperçoit une école en chantier.

En bord de piste on aperçoit quelques maisons. Murs en torchis et toits de chaume.
Bien loin des splendides temples, on découvre ici une partie du village bien plus véritable.
A peine arrivés, la cloche résonne et les enfants sortis d’un peu partout convergent vers l’école.
Le bâtiment est en travaux. Hassib nous apprend que le chantier a démarré il y a plus de cinq ans mais n’a jamais véritablement avancé. Quoi qu’il en soit, notre présence n’est pas liée à la réfection de l’école. L’état est sensé s’en charger. Il finance déjà le salaire d’un professeur, les trois autres étant bénévoles, tout comme le directeur.
La visite commence sous une chaleur accablante. Après un rapide tour dans les salles de classe, notre représentant est interpelé par le manque de moyens.
Les sacs de riz remplacent les sacs d’école. Ici on partage les feuilles et les quelques stylos. La cour de récréation est vide. Vide d’arbres, vide de jeux, vide d’enfants…
Pourtant on compte aujourd’hui 150 élèves dans l’établissement.
La cloche résonne une nouvelle fois, annonçant la fin de l’étude. Les enfants traversent l’école en courant et finissent par se réfugier de l’autre côté du chemin, à l’ombre des Manguiers.

On comprend tout naturellement que la chaleur reste difficilement supportable.
Hassib et Tarik repartent en direction du centre à la recherche d’un producteur local.
Notre projet démarre et la fabrication de 150 sacs à dos aussi. Notre ambassadeur prête main forte et participe à la conception.

Quelques jours plus tard, nous voilà de retour à l’école. On retrouve tous les étudiants à l’ombre des grands arbres. La distribution peut commencer.

Les sacs remplis de cahiers, stylos, crayons, feutres, gommes, tubes de colle (…) sont répartis entre tous les enfants.
La journée se termine sous les manguiers. Les sourires sont de mise, mission accomplie…

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.